(Je me suis inscrite à un atelier d'écriture, atelier thématique qui doit faciliter l'écriture d'une vie ou de morceaux de vie.
Je l'ai choisi pour mener à bien un projet qui me tient à coeur depuis longtemps mais que je ne parvenais pas à entreprendre.
Écrire en partie la vie de mon fils aîné pour essayer de comprendre.
Il a 34 ans, des troubles psychiatriques dont nous ne connaissons, mon mari et moi, ni tout à fait la nature ni la gravité.
Il me semble qu'en essayant de reprendre son histoire, je parviendrai peut-être  à me libérer, à prendre un peu de distance...Ce blogue sera mon cahier d'exercices et je compte sur les quelques lecteurs qui viendront me lire pour progresser.
)

Me voilà donc à griffonner un début qui se veut projet d'écriture.

Je suis avec les deux bouts de fils...de fils... de ma trame. C'est en écrivant que je découvre que le pluriel de "fil" donne "fils".

cette histoire donc,

parce que tu es toi,

parce que je suis moi...

parce que je suis toi

parce que tu es moi.

Parce qu'il faudra bien dénouer ces deux fils pour que la vie circule,

sans crainte, sans peur, sans angoisse,

pour que le fils échappe aux fils.